Archives de catégorie : Revue de presse

Visite du théâtre de Bonlieu et présentation de la nouvelle saison

Visite du théâtre et de ses coulisses et présentation de la nouvelle saison de Bonlieu Scène nationale pour les membres d’Humanisme et sociétés et de l’Université Populaire

Durant le mois qui s’est écoulé nous avons relayé, avec l’Université populaire, une invitation à l’initiative de Bonlieu Scène Nationale qui nous a proposé en exclusivité une visite des coulisses du théâtre de Bonlieu, avant le début des travaux qui verront son extension, et une présentation de la saison à venir. Nous avons pu apprécier à la fois la qualité de l’accueil qui nous a été réservé par Yannis SAUTY, responsable des relations publiques de Bonlieu Scène Nationale, qui nous a permis de visiter les moindres recoins des coulisses du théâtre, jusqu’au saint des saints (les loges et le plateau du grand théâtre) mais aussi la qualité de la programmation à venir (à consulter en ligne sur http://www.bonlieu-annecy.com). Nous tenons à  le remercier, au nom de toute notre association, pour sa disponibilité, pour son enthousiasme et pour ses initiatives constantes déployées afin de transmettre sa passion et de faire de Bonlieu un lieu de culture pour tous.

L’idée d’organiser un événement, en partenariat avec l’Université populaire, en rapport avec l’un des spectacles au programme cette saison paraît très intéressante et enrichissante. Déjà nous travaillons sur cette opportunité. Et puis, il faut aussi souligner que Bonlieu fête ce mois-ci ses 30 ans ! L’occasion de découvrir ou redécouvrir l’histoire de ce lieu de culture annecien.

Dauphiné Libéré du 24 septembre 2011

 

Programme de Bonlieu Scène Nationale

Du 8 au 18 octobre 2011

Anniversaire : 30 ans de Bonlieu

Du 8 au 13 octobre 2001

Théâtre : Cercles / Fictions

Texte et mise en scène Joël Pommerat

Du 12 au 16 octobre 2011

Danse : Les Fuyantes | création

Conception, scénographie Boris Gibé ; Mise en scène Camille Boitel

14 octobre 2011 à 20h30 (musée-château)

Musique : Philippe Cassard

20 octobre à 20h30 (Cathédrale Saint Pierre)

Musique : Liszt et son temps

21 et 22 octobre 2011 à 20h30 (grande salle)

Danse : Salves

Conception Maguy Marin

21 et 22 octobre à 18h30  et 21h (petite salle)

Théâtre : Savanna

Conception et mise en scène Amit Drori

20 novembre à 17h (Eglise Saint Laurent Annecy-le-Vieux)

Musique : Laurent Wagschal et le Quatuor Voce

27 novembre à 17h (Eglise Saint Laurent Annecy-le-Vieux)

Musique : Claire Désert et Emmanuel Strosser

4 décembre à 17h (Eglise Saint Laurent Annecy-le-Vieux)

Musique : Ensemble vocal Henrich Schütz

Orchestre Le Siècle des Lumières, Ferney-Voltaire, Chœur des Pays de Savoie Heinrich Schütz. Direction Gonzalo Martinez

Du 16 au 22 décembre, horaires variables en fonction des jours (grande salle)

Danse : Le centaure et l’animal

Conception, mise en scène Bartabas

Pour plus d’information sur les spectacles, dates et horaires consultez : http://www.bonlieu-annecy.com

Revue de presse : Essor Savoyard août 2010

Paru dans l’Essor Savoyard du 5.8.2010

Thomas Meszaros : « le débat politique n’est pas suffisant sur le bassin annécien »

Thomas Meszaros : « le débat politique n'est pas suffisant sur le bassin annécien »

Thomas Meszaros : « le débat politique n’est pas suffisant sur le bassin annécien »

Jeune président (35 ans) de l’association « Humanisme et Sociétés », Thomas Meszaros se bat pour redonner un sens au débat politique. Et impliquer les citoyens. Rencontre.

Au bout de 8 mois d’existence, quel bilan tirez-vous de l’association « Humanisme et Sociétés » ?
Les résultats de notre activité associative dépassent de loin nos espérances. En huit mois, nous avons développé un grand nombre de projets dans les différents pôles de notre association qui ont permis de nous faire connaître et de promouvoir notre spécificité ainsi que nos valeurs. Je rappelle que notre but est de donner à chacun les moyens de se forger une opinion réfléchie et informée sur les grandes questions politiques économiques et sociales qui touchent nos sociétés modernes. Déjà des émanations d’Humanisme et Sociétés vont se développer à Lyon, à Paris et à Montpellier. Le concept séduit et l’attente en termes de débat et d’échange est forte.

Les échéances électorales qui s’annoncent peuvent-elles changer la donne ?
Dans le cadre de l’association nous n’avons pas à prendre parti en période électorale. Nous ferons pour les prochaines échéances en 2011 ou en 2012, comme nous l’avons déjà fait pour les élections régionales, c’est-à-dire que nous convierons tous les candidats à s’exprimer et à débattre sur leurs idées sur un pied d’égalité face aux citoyens. Pour nous, le débat sur les idées est fondamental. Le caractère non partisan de l’association n’est en aucun cas un obstacle à l’expression politique de ses membres, puisque chacun d’entre nous est libre, le cas échéant, de s’engager pour défendre ses idées.

Parvenez-vous à garder votre logique « apolitique » ?
Si vous entendez par « apolitique « le fait que l’association possède une posture de neutralité, c’est le cas. En réalité, si l’on veut éviter toute confusion, on ne dira pas que l’association est apolitique mais plutôt qu’elle est non partisane. Notre objectif est de rendre au débat public toute sa place, ce qui est déjà une action politique, au sens noble du terme. L’association s’inscrit dans une logique démocratique et donc politique mais pas dans une logique partisane, c’est-à-dire qu’elle ne privilégie pas une formation politique par rapport aux autres. Bien sûr, nos membres ont des convictions politiques, certains appartiennent à des formations politiques. Ce n’est pas incompatible avec le caractère non partisan de l’association, bien au contraire. Nous pensons que la diversité d’idées est une chance, cela nous permet de discuter, de débattre sur des questions fondamentales tout en écoutant l’autre et en essayant de comprendre son point de vue.

Comment jugez-vous le débat politique sur le bassin annécien ? Est-il suffisant ?
Il me semble que le débat politique n’est pas suffisant sur le bassin et sur la Haute-Savoie, d’ailleurs c’est pour cela que nous avons créé l’association. Je crois qu’il est essentiel de dépasser la conception politicienne pour parvenir aux idées. Si le débat politicien n’est pas nécessaire, le débat d’idées, lui, est fondamental. La politique politicienne pollue la vie politique, elle donne une mauvaise image aux citoyens de ceux qui les représentent. La population n’apprécie guère cette façon de faire de la politique. C’est aussi une des raisons qui explique le désintérêt croissant des citoyens pour la politique. Nous entendons cela fréquemment dans nos débats dans le cadre de l’association. L’attente des citoyens, et c’est ce qui explique le succès d' »Humanisme et Sociétés », est forte en terme de débat mais aussi d’information.

Propos recueillis par OLIVIER DURAND

Pour voir l’article original : cliquez ici

Cérémonie de remise des dons à ACF

Humanisme et Sociétés

co-organisateur de la Course contre la faim au Collège-Lycée

Saint-Joseph de Thônes

24 juin 2010, 12h30-16h30

Cérémonie de remise officielle des dons à Action contre la Faim

Événement organisé en partenariat avec le Collège-Lycée Saint Joseph de Thônes et Action contre la faim (ACF)

Lieu: Collège-Lycée Saint Joseph, Thônes


Le 24 juin 2010 a eu lieu la cérémonie de remise officielle des dons à Action contre la Faim.

A l’initiative du projet de la Course contre la faim, ACF est une association humanitaire qui permet de s’ouvrir sur le Monde et ses enjeux en se concentrant sur ses premières nécessités, comme notamment la santé, la sécurité alimentaire ou l’accès à l’eau potable. Les élèves ont, par son truchement, été sensibilisé au fléau que constitue la malnutrition, ses causes et les moyens de l’endiguer : en insistant, par exemple, sur le fait qu’actuellement, plus d’1 milliard de personnes sont sous alimentées. La faim est un enjeu prégnant qu’il est parfois difficile de cerner dans une société habituée à la consommation à outrance.

Chaque année la Course contre la Faim permet de récolter des dons pour un pays en particulier : les dons récoltés permettent donc de  cibler les programmes ACF dans un contexte précis, et d’obtenir des résultats visibles rapidement.  Les sources du budget d’ACF sont les subventions, les autofinancements et les dons privés. Les dons recueillis soutiennent notamment les projets développés au Tchad. Concrétiser l’aide participe à l’efficacité pédagogique d’une telle action : les enfants sont particulièrement sensibles à l’accent mis sur le réel.

Les fonds collectés par le Collège-Lycée Saint Joseph de Thônes suite à cette course s’élèvent à 12 000 euros, une belle somme qui lui permet d’arriver premier au niveau régional ainsi que de se hisser à une très bonne place dans le classement des bienfaiteurs établi au niveau national. Nicolas Dumortier, professeur de mathématiques du Collège-Lycée Saint Joseph, instigateur de ce projet et trésorier de l’association Humanisme et sociétés, a animé avec le président de l’association, Thomas Meszaros, l’ensemble de la rencontre entre les élèves et les représentantes d’ACF, dans un échange qui a constitué le point d’orgue d’un véritable projet non seulement solidaire, étant à visée humanitaire, mais aussi citoyenne, puisqu’elle s’inscrit dans une optique pédagogique.

Les classes de quatrième puis de troisième ont ainsi assisté, tour à tour, au discours prodigué par les représentantes d’Action contre la faim Haute Savoie : après une présentation des différentes actions et démarches d’ACF, celles-ci donnèrent l’opportunité aux élèves de répondre aux questions de l’intervenante et de se questionner sur les alternatives ou solutions qu’ils pouvaient eux-mêmes proposer dans de telles situations. Les élèves ont ainsi pu se sensibiliser concrètement quant aux causes de la malnutrition, de la difficulté d’y répondre,  et de la globalité d’un tel problème dans les sociétés touchées.

La Course contre la faim, en tant que projet commun, a aussi permis de continuer à tisser un maillage entre des acteurs très différents derrière un même objectif. Le Collège-Lycée Saint Joseph, en partenariat  avec l’association Humanisme et Sociétés, a donc permis à quelques générations de collégiens et de lycéens d’exprimer leur solidarité envers les victimes du fléau de la malnutrition. C’est en sensibilisant et en mobilisant les jeunes enfants au problème de la malnutrition qu’on leur donne les moyens d’agir.

La Course contre la faim a donné lieu à une entraide qui va au-delà des murs de l’établissement. Autant d’arguments qui plaident en faveur d’une réédition de l’évènement l’année prochaine, afin de se fédérer une fois encore autour de cette noble cause.

Marriam Gharagyozyan

Stagiaire Humanisme et Sociétés